Congrès de l’Association Française de sociologie – juillet 2015

Lors du prochain congrès de l’AFS (juillet 2015) qui se tiendra à Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines plusieurs membres de l’ANR présenteront des communications :

Palomares Elise, Anne Bidois et Elise Lemercier t Myriam Hachimi Alaoui, « (Dé)naturalisations en jeu dans la production des élites mahoraises », RT 40.

Girard Violaine, Féliu François, « Trajectoires de fonctionnaires en contexte postcolonial : Statuts, genre et ethnicité dans l’administration française à Mayotte », RT 24

Pour avoir plus d’information consulter le site de l’AFS

Parution : Lemercier E., Muni Toke V. et Palomares E. (coord), 2014, Les Outre-mer français : regards ethnographiques sur une catégorie politique,Terrains et Travaux, n°24.

Aujourd’hui, les Outre-mer français ne désignent plus que les territoires ayant officiellement fait le choix de rester sous souveraineté française, ordinairement pensés comme opposés aux territoires décolonisés ou, à l’inverse, comme ayant fait le choix démocratique d’une forme originale de décolonisation. Les Outre-mer français ne partagent-ils que cette relation singulière à la métropole qui les constitue en catégorie politique ? Par la richesse des enquêtes de terrain qu’ils restituent et les analyses croisées qu’ils déploient, les textes réunis dans ce dossier montrent qu’en dépit de leur hétérogénéité, leurs situations peuvent être pensées au-delà – voire en dehors – d’une problématique strictement statutaire. La présente introduction aborde cette question par la diversité des processus de (dé)colonisation dans les Outre-mer. Elle interroge les mécanismes par lesquels les dominations historiques enchâssées se maintiennent, se métamorphosent ou s’étiolent.

Sommaire : pour lire les articles en ligne cliquez : ici

Élise Lemercier, Valelia Muni Toke, Élise Palomares : Les Outre-mer français. Regards ethnographiques sur une catégorie politique
Stéphanie Mulot : Relations de soin, cultures et inégalités de santé. Les soignants de Guadeloupe face aux migrants haïtiens séropositifs
Hugo Bouvard : Le maintien du « cadre colonial » au sein d’un quotidien antillais. Logiques de dominations et résistances autochtones
Julien Merlin : L’émergence d’une compétence environnementale autochtone ?
Gaël Villoing, Sébastien Ruffié : Structuration associative en contexte post-colonial. Une quête d’autonomie pour les personnes handicapées en Guadeloupe
Audrey Célestine, Aurélie Roger : L’« outre-mer » à la croisée du national et du local. Construction, évolution et appropriations d’une catégorie sur trois terrains ultramarins
Lire un compte-rendu du numéro : cliquez ici

Article : « Chômage, pauvreté, inégalités : où en sont les politiques sociales à Mayotte ? », N. Roinsard

Roinsard N. (2014), « Chômage, pauvreté, inégalités : où en sont les politiques sociales à Mayotte ? », Informations sociales, n° 186.
Plus d'info ici

Article : « Conditions de vie, pauvreté et protection sociale à Mayotte : une approche pluridimensionnelle des inégalités », N. Roinsard

Roinsard Nicolas, « Conditions de vie, pauvreté et protection sociale à Mayotte : une approche pluridimensionnelle des inégalités », Revue française des affaires sociales 4/ 2014 (n° 4), p. 28-49

Résumé : En mars 2011, Mayotte devient le 5e département français d’outre-mer. Compte tenu de la structure de l’économie locale, l’île devient en même temps le département le plus pauvre, et le plus inégalitaire, au niveau national. Le principe de l’« Égalité » sociale et de l’introduction du droit commun dans ce nouveau département reste timide à ce jour, laissant de fait aux solidarités privées un rôle primordial d’amortisseur social. Cet article se propose de décrire les effets et les enjeux de la départementalisation sur la production et la régulation des inégalités, approchées ici de manière pluridimensionnelle : à la fois celles qui structurent la société mahoraise dans son ensemble (inégalités ethniques et de nationalité, de genre, de génération et de classe), et celles qui situent Mayotte dans son environnement régional et politique, en qualité de carrefour migratoire révélateur des inégalités de régime de protection sociale d’un territoire à l’autre.

disponible en libre accès sur Cairn : https://www.cairn.info/revue-francaise-des-affaires-sociales-2014-4-page-28.htm

Communication : « Lutte contre la pauvreté et politiques sociales à Mayotte », N. Roinsard

A Mayotte, la mise en œuvre des politiques sociales se heurte à des difficultés particulières liées à l’acuité des problèmes sociaux mais aussi à l’insuffisance de moyens dont souffrent les acteurs publics sur le terrain, dans un territoire où les procédures de droit commun restent parfois encore à construire, faute d’infrastructures et de personnels en nombre suffisant.

Communication lors du séminaire « Changer de regard sur les outre-mer » : Pour le programme détaillé voir ici

Conférence : Interroger l’introduction des politiques sociales de droit commun à Mayotte : l’exemple du RSA. N. Roinsard

Conférence invitée, Centre de Ressources et d’Observation de la cohésion sociale de Mayotte, Mamoudzou, 3 juillet 2013.

À partir d’un travail de recherche en cours, l’objet de cette conférence sera d’interroger la mise en œuvre et les premiers effets des politiques sociales de droit commun à Mayotte. Le regard se portera plus particulièrement sur le Revenu de Solidarité Active, introduit à Mayotte au 1er janvier 2012, et qui constitue le premier et le seul minimum social appliqué à ce jour dans l’île. Compte tenu de l’importance du chômage et du sous-emploi dans l’économie mahoraise, le RSA, qui vise initialement à soutenir financièrement les ménages à faibles revenus ainsi que les travailleurs pauvres, a suscité beaucoup d’espoir chez la population. Un an et demi après le début de sa mise en œuvre, alors que le nombre d’allocataires du RSA est environ cinq fois moins important que ce que les autorités avaient estimées, l’espoir a plutôt cédé la place à la déception.

 

Comment expliquer ce « RDV manqué » dans une société où la pauvreté est pourtant diffuse et massive ? Les premières raisons se situent localement. Le faible taux du RSA local (25 % du montant national pour l’année 2012 ; 37,5 % pour l’année 2013) explique pour une bonne part la faible couverture de la population par ce minimum social. À cela s’ajoute tout un ensemble de contraintes (administratives, juridiques, culturelles, économiques, etc.) qui, dans un certain nombre de cas, expliquent à leur tour le non recours d’une population par ailleurs peu habituée aux codes et usages de l’administration publique. Plus largement, on ne saurait comprendre la mise en œuvre et l’impact du RSA et des politiques dites d’insertion à Mayotte sans les rapporter à leur contexte d’apparition, à savoir une société salariale assise sur un régime de protection sociale abouti, et un régime capitaliste entré dans une logique de flexibilité et de mobilité généralisée. Dit autrement : ce qui relève de la réparation en France métropolitaine, relève de ce qui n’a pas encore été construit à Mayotte… Ceci constitue une seconde entrée explicative que nous nous efforcerons aussi d’élargir à d’autres politiques sociales locales, et plus particulièrement aux politiques de la ville qui intéressent en premier chef le Centre d’Observation et de Ressources.

Séminaire : Promesses d’égalité, production d’inégalités : regards sur la départementalisation de Mayotte. N. Roinsard

Promesses d’égalité, production d’inégalités : regards sur la départementalisation de Mayotte
Intervention de Nicolas Roinsard

15 janvier 2014 – Institut de travail social de la Région Auvergne
Ancienne société de plantation de l’Empire colonial français, nourrie de références africaines et
arabo-musulmanes, Mayotte vit aujourd’hui de nombreux changements sociaux sous l’effet
d’un processus d’intégration politique engagé en 1976, date à laquelle l’île s’est définitivement
détachée des Comores devenus indépendants pour réclamer une appartenance pleine et
entière à la République française. Il aura fallu attendre 35 ans pour voir aboutir ce processus
d’intégration politique. Le 31 mars 2011, Mayotte devient le 101e département français et
cinquième Département d’Outre-Mer.
De fait et assez logiquement compte tenu de la faiblesse du niveau de ressources de la
population mahoraise, l’île devient en même temps le département français le plus pauvre,
avec des inégalités marquées entre une fraction majoritaire de la population qui demeure
inscrite dans une économie de subsistance, et une « petite » et nouvelle classe moyenne qui
émerge en même temps que se développent les emplois publics. Le principe de l’égalité sociale
et de l’introduction du droit commun dans ce nouveau département reste timide à ce jour, le
sentiment largement partagé par la population locale étant qu’au-delà du changement
statutaire, rien n’a changé. Pour autant, une des questions que l’on est en mesure de se poser –
et qui sera au centre de cette communication – renvoie aux premiers effets de la
départementalisation en terme de production/transformation/reconfiguration des inégalités
sociales. Si la départementalisation repose en effet sur une institutionnalisation des politiques
sociales et économiques visant à rapprocher l’île des standards nationaux, elle contribue en
retour à une désinstitutionnalisation des formes antérieures de solidarités publiques et privées
dont nous chercherons ici à mesure les effets sur les inégalités, leurs articulations et leur
multidimensionnalité.

Appel à communication : Colloque international : Insularité, Langue, Mémoire, Identité

Cher-es collègues

Nous avons le plaisir de vous informer que le colloque international intitulé « Insularité, Langue, Mémoire, Identité », se tiendra à l’île de Djerba (Tunisie) du 26 au 28 septembre 2014. Cette manifestation scientifique est organisée en partenariat entre l’Université de La Manouba et l’Université de Rouen.

Veuillez trouver ci-joint l'appel à communications du colloque en français, en anglais et en arabe.

La date limite d'envoi des propositions de communications est fixée au 01/03/2014.

Vous trouverez plus de détails sur le site internet du colloque à l'adresse suivante : http://insularite-djerba2014.fr/

Merci de diffuser largement cette information auprès de vos réseaux. 

Bien cordialement, 

Pour le comité d’organisation

Mohamed Jouili
Foued Laroussi
Mahfoud Mahtout

« Comores-Mayotte-La Réunion : une approche systémique des flux migratoires et des inégalités de protection sociale dans l’océan Indien occidental » Nicolas Roinsard – 7 octobre 2013

Le 7 octobre 2013 Nicolas Roinsard a présenté, lors du séminaire interne (Migrations, mobilités et pays du Sud) du laboratoire CRESPPA-GTM une communication intitulée « Comores-Mayotte-La Réunion : une approche systémique des flux migratoires et des inégalités de protection sociale dans l’océan Indien occidental »

Résumé : « Les migrations vers « la France de l’océan Indien » (Mayotte, La Réunion) se sont beaucoup développées au cours des vingt dernières années. Mayotte, en particulier, fait figure de véritable carrefour migratoire. Souvent présentée comme une terre d’immigration massive accueillant toujours plus de populations fuyant la pauvreté des îles comoriennes voisines, Mayotte développe en réalité une émigration encore plus importante, à destination principalement de la métropole et de La Réunion. Car si l’île hippocampe est devenue le 31 mars 2011 le cinquième Département français d’Outre-Mer, elle a longtemps souffert et souffre encore aujourd’hui d’un faible niveau de développement économique et de protection sociale. Étudier les flux migratoires dans la zone sudouest de l’océan indien occidental revient, in fine, à étudier dans l’espace et le temps la construction et les inégalités de protection sociale dans cette région fortement marquée par
l’histoire coloniale et postcoloniale française. »

« Mayotte, 101e département Une sociologie du postcolonial Outre-Mer » Nicolas Roinsard – 4 novembre 2013

Lors du séminaire public 2013-2014 du GTM Nicolas Roinsard, membre de l’ANR INEMA, interviendra le 4 novembre pour présenter une communication intitulée « Mayotte, 101e département Une sociologie du postcolonial Outre-Mer ». Il sera discuté par Patrick Bruneteaux.

Voici le résumé de son intervention :

« Ancienne société de plantation de l’Empire colonial français, nourrie de références africaines et arabo-musulmanes, Mayotte vit aujourd’hui de nombreux changements sociaux sous l’effet d’un processus d’intégration politique engagé en 1976, date à laquelle l’île s’est définitivement détachée des Comores devenus indépendants pour réclamer une appartenance pleine et entière à la République française. Il aura fallu attendre 35 ans pour voir aboutir ce processus d’intégration politique. En devenant, le 31 mars 2011, le 101e département français et cinquième Département d’Outre-Mer, Mayotte s’engage résolument dans un développement de type exogène qui repose sur une mise aux normes française des infrastructures, des logements, du système de santé, de l’État civil, de la législation, du système éducatif, du marché du travail, des rapports économiques (encouragés à devenir des rapports marchands), etc. L’objet de cette communication sera d’interroger ces transformations profondes – conformes à la logique assimilationniste des départementalisations Outre-Mer – au prisme des propriétés sociales, culturelles, économiques et démographiques de la société mahoraise d’une part, et de son environnement régional d’autre part, Mayotte demeurant une terre d’immigration importante pour la population comorienne voisine. »

« La vision de l’ile de Mayotte par les médias métropolitains, mahorais et comoriens » Chloé Alexandre

Pour cette revue de presse traitée à l’aide du logiciel Alceste, 130 articles ont été sélectionnés de journaux métropolitains, mahorais et enfin comoriens, l’échantillon s’étalant de 1994 à 2013. La recherche a été effectuée à l’aide des deux mots clefs « visa Balladur » et « Mayotte ». Suite à cela, le corpus est constitué de 28 articles de presse métropolitaine (22%), de 56 articles de presse mahoraise (43%) et 46 de presse comorienne (35%).

L’idée était de pouvoir comparer les différentes façons des médias français métropolitains, mahorais et comoriens d’aborder un sujet traitant l’ile de Mayotte. Pour cela nous avons utilisé une fonctionnalité du logiciel appelé « tri croisé » qui permet de la forcer à classer le vocabulaire selon son appartenance aux trois différents types de presse.

L’analyse de la presse métropolitaine nous permet d’aborder la vision qu’ont les médias métropolitains du lointain archipel des Comores. Ainsi les mots « métropole », « métropolitain », « paris » ressortent, par opposition à la qualité de DOM de Mayotte qui n’est même pas évoquée. La spécificité musulmane de l’ile est également mise en avant. On retrouve aussi la question des « soins » ou de la famille (« femme », « enfant », « voisin », mère »). Enfin, le plus gros du vocabulaire retenu dans les présences significatives est assez négatif et concerne la problématique de la sécurité avec « déstabilisation », « risque », « mercenaires » et « militaire » ainsi que la problématique des migrants « clandestins » rattachée à des mots comme « entasser », « expulser », « rester » et enfin « revenir ».

La dimension régionale est bien mise en avant par la presse mahoraise. Cette fois-ci, la métropole n’est pas citée, mais « l’outre-mer » ressort, ainsi que la condition de « mahorais ». Les hommes politiques représentants de l’ile sont également cités, comme « Daniel Zaidani », actuel président du Conseil Régional et « Thani Mohamed Soili », actuel sénateur de Mayotte. Le reste du vocabulaire retenu dans les présences significatives est assez divers et concerne plusieurs aspects de la vie quotidienne comme « l’emploi », le fait de se « marier », les questions « fiscales ». Une partie concerne également l’immigration comme précédemment, mais avec l’évocation cette fois ci des « centre de rétention » et « consulat ».

La presse comorienne met elle aussi un petit peu en avant son territoire avec « Comores » et son président « Ikililou Dhoinine ». Son thème principal reste le « différend » territorial avec la « France » qui s’incarne aujourd’hui dans le « visa Balladur ». Cette expression ressort précisément dans ce groupe avec à ses côtés les mots « suppression » et « bonne solution ». Le mot « question » est le premier des présences significatives relevées, aux côtés de « diplomatie » et de tout le champ lexical qui s’y raccroche « dialogue », « rencontre », « négociation », « discussion », « promesse ». On retrouve également la référence aux « nations unies ». Enfin, deux mots, « mort » et « cadavre », rappellent les drames maritimes continuellement dénoncés comme conséquence du visa.

« L’intérêt médiatique pour le « visa Balladur » : le reflet des enjeux politiques régionaux ? » par Chloé Alexandre

Pour cette revue de presse traitée à l’aide du logiciel Alceste, 130 articles ont été sélectionnés de journaux métropolitains, mahorais et enfin comoriens, l’échantillon s’étalant de 1994 à 2013. La recherche a été effectuée à l’aide des deux mots clefs « visa Balladur » et « Mayotte ». Suite à cela, le corpus est constitué de 28 articles de presse métropolitaine (22%), de 56 articles de presse mahoraise (43%) et 46 de presse comorienne (35%).

L’idée était de pouvoir confronter les approches médiatiques de ces différentes sources. Pour cela, une partie du travail d’analyse fut consacrée à l’étude des titres des articles sélectionnés. Le terme « visa » n’est cité que dans 36 titres, ce qui représente 28% du corpus. On peut donc faire l’hypothèse que les médias ne s’intéressent en majorité pas spécifiquement au « visa Balladur », mais que de nombreux sujets les amènent à le citer au sein de l’article.

Lorsque l’expression « visa Balladur » n’est pas évoquée dans le titre, on trouve deux types de mondes lexicaux utilisés dans les articles. D’un côté il s’agit d’articles avec un vocabulaire associé à la vie politique locale, les enjeux autour de la départementalisation, l’évocation de l’histoire régionale avec les différents référendums sur le statut ou les questions d’indépendance. Dans ce cadre l’évocation du « visa Balladur » dans le texte pourrait illustrer la frontière existante entre Mayotte française et le reste des Comores. D’un autre côté, il s’agit d’articles avec un vocabulaire associé aux  migrations quotidiennes depuis les Comores vers Mayotte, avec les enjeux sur place quand la traversée est réussie, et l’évocation des accidents qui se produisent fréquemment. Dans ce cadre l’utilisation de l’expression « visa Balladur » dans le texte pourrait être un élément de contextualisation journalistique pour la bonne compréhension de l’actualité par le lecteur.

Lorsque l’expression « visa Balladur » est évoquée dans le titre, on trouve également deux types de mondes lexicaux utilisés dans les articles. D’un côté il s’agit d’articles avec un vocabulaire assez institutionnel, autour des missions et rapports effectués par les sénateurs, dans le but de résoudre la question de la pertinence du « visa Balladur » et de trouver des solutions à l’immigration illégale. D’un autre côté, il s’agit d’articles avec un vocabulaire plutôt associatif et revendicatif pour la suppression du « visa Balladur » et pour trouver des solutions aux conditions de vie des migrants. Dans ces deux cas, le « visa Balladur » est ici au cœur de l’article, raison supplémentaire pour l’évoquer dans le titre.

Grâce aux variables incorporées dans le logiciel on peut se rendre compte que c’est plutôt la presse métropolitaine et la presse mahoraise qui n’utilisent pas l’expression « visa Balladur » dans leur titre pour attirer les lecteurs, mais qui s’en servent par la suite dans leur texte. On peut faire l’hypothèse pour la presse métropolitaine que c’est parce que les lecteurs ne connaissent pas l’existence de ce visa qu’il n’est pas cité en titre. Pour la presse mahoraise, l’explication est peut-être que les journalistes préfèrent ne pas trop mettre en avant le visa comme les mahorais sont pour son maintien. Enfin, la presse comorienne n’utilise pas tout le temps l’expression non plus, mais c’est elle qui l’utilise le plus (41%). Ici on peut faire l’hypothèse inverse : la plupart des comoriens militent pour la suppression de ce visa et l’identifier facilite le travail de conscientisation des lecteurs.

Journée Inégalités et politiques publiques ANR, 24 septembre 2013

Voici le powerpoint qui a été présenté lors des journées Journée Inégalités et politiques publiques  ANR, 24 septembre 2013. Cette journée avait comme objectif de synthétiser les différentes études et recherches financées par l’ANR sur le thème des inégalités.

Quatre chercheurs de l’ANR INEMA, Foued Laroussi/Elise Lemercier/Fabien Liénard/Elise Palomares, ont donc présenté les avancées scientifique de l’ensemble de l’équipe.

Vous trouverez le document intitulé « La départementalisation de Mayotte : construction et traitement des inégalités sociales et linguistiques à Mayotte » en pièce jointe : INEMA ANR (VF) [Mode de compatibilité]

« Les langues d’Outre-mer dans les sociétés, les sciences du langage et l’éducation » Michel Launey

Voici le résumé de l’intervention de M. Launey lors du séminaire INEMa du 7/8 mars 2013:

« L’exposé a commencé par une brève présentation des langues d’Outre-mer : statistiques géographiques et démographiques (avec la difficulté d’estimer le nombre de locuteurs), mais aussi parenté génétique et typologique. On a insisté sur les conséquences pédagogiques que peut entraîner l’existence de deux types de langues : celles qui présentent avec le français une altérité majeure (qu’on ne trouve en métropole qu’avec le basque) ; et les créoles à base lexicale française, langues faussement proches (vocabulaire très majoritairement issu du français, mais grammaire très différente, qui fait que la relation d’un créole français au français n’est pas la même que celle d’une langue romane ou d’une variante dialectale). Un autre paramètre essentiel est le taux de transmission intergénérationnelle : parmi les enfants arrivant à l’école on trouve des monolingues en langue locale (cas de figure disparu en métropole), des bilingues avec une maîtrise égale ou inégale des deux langues, et des monolingues francophones.

On s’est penché sur la question d’une présence réfléchie de ces langues à l’école, où la tradition française est plutôt hostile, et l’ignorance des Outre-mer très forte. On a fait un bref rappel historique de la méthode directe ou méthode Carré (1888) : principe d’un enseignement en français sans appui sur la langue première, avec ses contradictions, entraînant des débats et des malaises (en particulier en Alsace-Moselle entre 1918 et 1940). On a montré que les facteurs qui ont assuré le succès de la « francophonisation » de 1880 à 1950 (altérité culturelle modérée, maîtres majoritairement locaux, meilleur statut social garanti par la maîtrise du français) jouent beaucoup moins dans les Outre-mer d’aujourd’hui, entraînant un fort échec scolaire avec ses conséquences sociales.

On a montré que les dispositifs prévus pour les langues régionales métropolitaines (loi Deixonne 1951, circulaires Savary 1982-1983) sont ambigus (programmes de langue première pour locuteurs, ou de langue seconde pour néo-locuteurs ?) et en cela mal adaptés aux deux problèmes majeurs de l’Outre-mer actuel, où il s’agit, selon les endroits : (1) soit d’assurer un bilinguisme harmonieux au niveau individuel et social ; (2) soit de permettre aux non-francophones de se construire comme bilingues, sachant que selon la langue il peut s’agir : (a) soit de savoir ajuster deux manières très différentes de construire le sens (langues de grande altérité), (b) soit de savoir séparer deux langues apparemment proches (créoles).

On a examiné plus en détails les dispositifs innovants répondant au problème (2), en particulier à travers l’expérience guyanaise des ILM (intervenants en langue maternelle). On en tire une idée : contrairement à la tradition des enseignements des langues régionales, c’est dans les petites classes avec de très jeunes enfants qu’elle a un intérêt pédagogique. On en tire aussi une suggestion pressante : il serait bon de l’étendre à Mayotte au-delà des trois écoles où elle s’est déroulée depuis 2006, et en lui donnant des chances de réussite (formation des enseignants, programmes et méthodes réfléchis, intégration dans le cursus normal). »

« L’invention médiatique de la polygamie à Mayotte : Une frontière juridique entre Mayotte et la métropole ? » François Féliu

Voici un extrait de l’intervention de François Féliu sur l’étude lexicographique d’un corpus d’articles de presse recueillis pour analyser le traitement médiatique de la polygamie à Mayotte :

« Le corpus que nous avons réuni est constitué de 98 articles dont 58 pour la presse métropolitaine. Le nombre d’articles correspondant à notre recherche, c’est-à-dire des articles comprenant à la fois le mot « Mayotte » et « polygamie », est très inférieur au nombre d’articles ne comprenant que « Mayotte ». Seulement 0.8 % des articles traitant de Mayotte mentionnent la polygamie sur la période étudiée.

Alors que Le Monde publie 7 articles avec nos deux mots clefs entre aout 2000 et décembre 2012, le journal en publie 559 avec le seul mot clef « Mayotte ». Libération et Le Figaro se caractérisent, eux aussi, par la même tendance avec 3% et 3.6%, respectivement, des articles contenant les 2 mots clefs. Nous n’avons pas pu réaliser le même traitement sur la presse mahoraise car le corpus disponible n’était pas suffisant.

Sur les 98 articles seulement 21 (20%) évoquent la polygamie directement. De fait, la polygamie est souvent mentionnée dans les articles alors même qu’ils ne traitent pas de la polygamie.

Dans le corpus métropolitain le terme « polygamie » est utilisé 118 fois dans les 58 articles soit environ deux fois par articles. Dans le corpus global, avec la presse mahoraise, la « polygamie » est plus présente avec 235 items soit environ 2.4 citations par articles (nombre d’occurrences calculé par le logiciel Lexico 3). En comparaison, « Mayotte » est beaucoup plus présente dans les 2 corpus avec 542 occurrences dans le corpus complet et 309 dans le corpus métropolitain avec en moyenne 5.3 citations par article.

L’association des deux mots clefs nous montre une faible couverture médiatique de la polygamie à Mayotte. Faible car il y a peu d’articles qui en traitent et car la « polygamie » est peu citée (en nombre d’occurrences) dans les articles par rapport à « Mayotte ». Il faut donc rentrer plus en détail dans le corps des articles pour comprendre la construction du discours médiatique autour de la polygamie à Mayotte.

Mais Mayotte a-t-elle toujours été associée à la polygamie, même avant le vote de l’amendement l’interdisant (en 2003) ?

La base de données Factiva nous a permis de voir que, depuis février 1976, 16 918 articles avaient été publiés avec le mot clef « Mayotte » et que le premier article mentionnant les deux mots clefs recherche apparaît en août 2000. Les archives du Monde, montrent la même tendance car, depuis janvier 1987, 991 articles parlent de Mayotte mais seulement 8 concernent la polygamie dont un seul avant août 2000. Nous pouvons donc voir qu’il y a une fabrication du rapport entre Mayotte et la polygamie au début du XXIe siècle, construction s’opérant alors que les parlementaires discutaient de son interdiction. »