Conférence : Interroger l’introduction des politiques sociales de droit commun à Mayotte : l’exemple du RSA. N. Roinsard

Conférence invitée, Centre de Ressources et d’Observation de la cohésion sociale de Mayotte, Mamoudzou, 3 juillet 2013.

À partir d’un travail de recherche en cours, l’objet de cette conférence sera d’interroger la mise en œuvre et les premiers effets des politiques sociales de droit commun à Mayotte. Le regard se portera plus particulièrement sur le Revenu de Solidarité Active, introduit à Mayotte au 1er janvier 2012, et qui constitue le premier et le seul minimum social appliqué à ce jour dans l’île. Compte tenu de l’importance du chômage et du sous-emploi dans l’économie mahoraise, le RSA, qui vise initialement à soutenir financièrement les ménages à faibles revenus ainsi que les travailleurs pauvres, a suscité beaucoup d’espoir chez la population. Un an et demi après le début de sa mise en œuvre, alors que le nombre d’allocataires du RSA est environ cinq fois moins important que ce que les autorités avaient estimées, l’espoir a plutôt cédé la place à la déception.

 

Comment expliquer ce « RDV manqué » dans une société où la pauvreté est pourtant diffuse et massive ? Les premières raisons se situent localement. Le faible taux du RSA local (25 % du montant national pour l’année 2012 ; 37,5 % pour l’année 2013) explique pour une bonne part la faible couverture de la population par ce minimum social. À cela s’ajoute tout un ensemble de contraintes (administratives, juridiques, culturelles, économiques, etc.) qui, dans un certain nombre de cas, expliquent à leur tour le non recours d’une population par ailleurs peu habituée aux codes et usages de l’administration publique. Plus largement, on ne saurait comprendre la mise en œuvre et l’impact du RSA et des politiques dites d’insertion à Mayotte sans les rapporter à leur contexte d’apparition, à savoir une société salariale assise sur un régime de protection sociale abouti, et un régime capitaliste entré dans une logique de flexibilité et de mobilité généralisée. Dit autrement : ce qui relève de la réparation en France métropolitaine, relève de ce qui n’a pas encore été construit à Mayotte… Ceci constitue une seconde entrée explicative que nous nous efforcerons aussi d’élargir à d’autres politiques sociales locales, et plus particulièrement aux politiques de la ville qui intéressent en premier chef le Centre d’Observation et de Ressources.

Séminaire : Promesses d’égalité, production d’inégalités : regards sur la départementalisation de Mayotte. N. Roinsard

Promesses d’égalité, production d’inégalités : regards sur la départementalisation de Mayotte
Intervention de Nicolas Roinsard

15 janvier 2014 – Institut de travail social de la Région Auvergne
Ancienne société de plantation de l’Empire colonial français, nourrie de références africaines et
arabo-musulmanes, Mayotte vit aujourd’hui de nombreux changements sociaux sous l’effet
d’un processus d’intégration politique engagé en 1976, date à laquelle l’île s’est définitivement
détachée des Comores devenus indépendants pour réclamer une appartenance pleine et
entière à la République française. Il aura fallu attendre 35 ans pour voir aboutir ce processus
d’intégration politique. Le 31 mars 2011, Mayotte devient le 101e département français et
cinquième Département d’Outre-Mer.
De fait et assez logiquement compte tenu de la faiblesse du niveau de ressources de la
population mahoraise, l’île devient en même temps le département français le plus pauvre,
avec des inégalités marquées entre une fraction majoritaire de la population qui demeure
inscrite dans une économie de subsistance, et une « petite » et nouvelle classe moyenne qui
émerge en même temps que se développent les emplois publics. Le principe de l’égalité sociale
et de l’introduction du droit commun dans ce nouveau département reste timide à ce jour, le
sentiment largement partagé par la population locale étant qu’au-delà du changement
statutaire, rien n’a changé. Pour autant, une des questions que l’on est en mesure de se poser –
et qui sera au centre de cette communication – renvoie aux premiers effets de la
départementalisation en terme de production/transformation/reconfiguration des inégalités
sociales. Si la départementalisation repose en effet sur une institutionnalisation des politiques
sociales et économiques visant à rapprocher l’île des standards nationaux, elle contribue en
retour à une désinstitutionnalisation des formes antérieures de solidarités publiques et privées
dont nous chercherons ici à mesure les effets sur les inégalités, leurs articulations et leur
multidimensionnalité.