« Comores-Mayotte-La Réunion : une approche systémique des flux migratoires et des inégalités de protection sociale dans l’océan Indien occidental » Nicolas Roinsard – 7 octobre 2013

Le 7 octobre 2013 Nicolas Roinsard a présenté, lors du séminaire interne (Migrations, mobilités et pays du Sud) du laboratoire CRESPPA-GTM une communication intitulée « Comores-Mayotte-La Réunion : une approche systémique des flux migratoires et des inégalités de protection sociale dans l’océan Indien occidental »

Résumé : « Les migrations vers « la France de l’océan Indien » (Mayotte, La Réunion) se sont beaucoup développées au cours des vingt dernières années. Mayotte, en particulier, fait figure de véritable carrefour migratoire. Souvent présentée comme une terre d’immigration massive accueillant toujours plus de populations fuyant la pauvreté des îles comoriennes voisines, Mayotte développe en réalité une émigration encore plus importante, à destination principalement de la métropole et de La Réunion. Car si l’île hippocampe est devenue le 31 mars 2011 le cinquième Département français d’Outre-Mer, elle a longtemps souffert et souffre encore aujourd’hui d’un faible niveau de développement économique et de protection sociale. Étudier les flux migratoires dans la zone sudouest de l’océan indien occidental revient, in fine, à étudier dans l’espace et le temps la construction et les inégalités de protection sociale dans cette région fortement marquée par
l’histoire coloniale et postcoloniale française. »

« Mayotte, 101e département Une sociologie du postcolonial Outre-Mer » Nicolas Roinsard – 4 novembre 2013

Lors du séminaire public 2013-2014 du GTM Nicolas Roinsard, membre de l’ANR INEMA, interviendra le 4 novembre pour présenter une communication intitulée « Mayotte, 101e département Une sociologie du postcolonial Outre-Mer ». Il sera discuté par Patrick Bruneteaux.

Voici le résumé de son intervention :

« Ancienne société de plantation de l’Empire colonial français, nourrie de références africaines et arabo-musulmanes, Mayotte vit aujourd’hui de nombreux changements sociaux sous l’effet d’un processus d’intégration politique engagé en 1976, date à laquelle l’île s’est définitivement détachée des Comores devenus indépendants pour réclamer une appartenance pleine et entière à la République française. Il aura fallu attendre 35 ans pour voir aboutir ce processus d’intégration politique. En devenant, le 31 mars 2011, le 101e département français et cinquième Département d’Outre-Mer, Mayotte s’engage résolument dans un développement de type exogène qui repose sur une mise aux normes française des infrastructures, des logements, du système de santé, de l’État civil, de la législation, du système éducatif, du marché du travail, des rapports économiques (encouragés à devenir des rapports marchands), etc. L’objet de cette communication sera d’interroger ces transformations profondes – conformes à la logique assimilationniste des départementalisations Outre-Mer – au prisme des propriétés sociales, culturelles, économiques et démographiques de la société mahoraise d’une part, et de son environnement régional d’autre part, Mayotte demeurant une terre d’immigration importante pour la population comorienne voisine. »

« La vision de l’ile de Mayotte par les médias métropolitains, mahorais et comoriens » Chloé Alexandre

Pour cette revue de presse traitée à l’aide du logiciel Alceste, 130 articles ont été sélectionnés de journaux métropolitains, mahorais et enfin comoriens, l’échantillon s’étalant de 1994 à 2013. La recherche a été effectuée à l’aide des deux mots clefs « visa Balladur » et « Mayotte ». Suite à cela, le corpus est constitué de 28 articles de presse métropolitaine (22%), de 56 articles de presse mahoraise (43%) et 46 de presse comorienne (35%).

L’idée était de pouvoir comparer les différentes façons des médias français métropolitains, mahorais et comoriens d’aborder un sujet traitant l’ile de Mayotte. Pour cela nous avons utilisé une fonctionnalité du logiciel appelé « tri croisé » qui permet de la forcer à classer le vocabulaire selon son appartenance aux trois différents types de presse.

L’analyse de la presse métropolitaine nous permet d’aborder la vision qu’ont les médias métropolitains du lointain archipel des Comores. Ainsi les mots « métropole », « métropolitain », « paris » ressortent, par opposition à la qualité de DOM de Mayotte qui n’est même pas évoquée. La spécificité musulmane de l’ile est également mise en avant. On retrouve aussi la question des « soins » ou de la famille (« femme », « enfant », « voisin », mère »). Enfin, le plus gros du vocabulaire retenu dans les présences significatives est assez négatif et concerne la problématique de la sécurité avec « déstabilisation », « risque », « mercenaires » et « militaire » ainsi que la problématique des migrants « clandestins » rattachée à des mots comme « entasser », « expulser », « rester » et enfin « revenir ».

La dimension régionale est bien mise en avant par la presse mahoraise. Cette fois-ci, la métropole n’est pas citée, mais « l’outre-mer » ressort, ainsi que la condition de « mahorais ». Les hommes politiques représentants de l’ile sont également cités, comme « Daniel Zaidani », actuel président du Conseil Régional et « Thani Mohamed Soili », actuel sénateur de Mayotte. Le reste du vocabulaire retenu dans les présences significatives est assez divers et concerne plusieurs aspects de la vie quotidienne comme « l’emploi », le fait de se « marier », les questions « fiscales ». Une partie concerne également l’immigration comme précédemment, mais avec l’évocation cette fois ci des « centre de rétention » et « consulat ».

La presse comorienne met elle aussi un petit peu en avant son territoire avec « Comores » et son président « Ikililou Dhoinine ». Son thème principal reste le « différend » territorial avec la « France » qui s’incarne aujourd’hui dans le « visa Balladur ». Cette expression ressort précisément dans ce groupe avec à ses côtés les mots « suppression » et « bonne solution ». Le mot « question » est le premier des présences significatives relevées, aux côtés de « diplomatie » et de tout le champ lexical qui s’y raccroche « dialogue », « rencontre », « négociation », « discussion », « promesse ». On retrouve également la référence aux « nations unies ». Enfin, deux mots, « mort » et « cadavre », rappellent les drames maritimes continuellement dénoncés comme conséquence du visa.

« L’intérêt médiatique pour le « visa Balladur » : le reflet des enjeux politiques régionaux ? » par Chloé Alexandre

Pour cette revue de presse traitée à l’aide du logiciel Alceste, 130 articles ont été sélectionnés de journaux métropolitains, mahorais et enfin comoriens, l’échantillon s’étalant de 1994 à 2013. La recherche a été effectuée à l’aide des deux mots clefs « visa Balladur » et « Mayotte ». Suite à cela, le corpus est constitué de 28 articles de presse métropolitaine (22%), de 56 articles de presse mahoraise (43%) et 46 de presse comorienne (35%).

L’idée était de pouvoir confronter les approches médiatiques de ces différentes sources. Pour cela, une partie du travail d’analyse fut consacrée à l’étude des titres des articles sélectionnés. Le terme « visa » n’est cité que dans 36 titres, ce qui représente 28% du corpus. On peut donc faire l’hypothèse que les médias ne s’intéressent en majorité pas spécifiquement au « visa Balladur », mais que de nombreux sujets les amènent à le citer au sein de l’article.

Lorsque l’expression « visa Balladur » n’est pas évoquée dans le titre, on trouve deux types de mondes lexicaux utilisés dans les articles. D’un côté il s’agit d’articles avec un vocabulaire associé à la vie politique locale, les enjeux autour de la départementalisation, l’évocation de l’histoire régionale avec les différents référendums sur le statut ou les questions d’indépendance. Dans ce cadre l’évocation du « visa Balladur » dans le texte pourrait illustrer la frontière existante entre Mayotte française et le reste des Comores. D’un autre côté, il s’agit d’articles avec un vocabulaire associé aux  migrations quotidiennes depuis les Comores vers Mayotte, avec les enjeux sur place quand la traversée est réussie, et l’évocation des accidents qui se produisent fréquemment. Dans ce cadre l’utilisation de l’expression « visa Balladur » dans le texte pourrait être un élément de contextualisation journalistique pour la bonne compréhension de l’actualité par le lecteur.

Lorsque l’expression « visa Balladur » est évoquée dans le titre, on trouve également deux types de mondes lexicaux utilisés dans les articles. D’un côté il s’agit d’articles avec un vocabulaire assez institutionnel, autour des missions et rapports effectués par les sénateurs, dans le but de résoudre la question de la pertinence du « visa Balladur » et de trouver des solutions à l’immigration illégale. D’un autre côté, il s’agit d’articles avec un vocabulaire plutôt associatif et revendicatif pour la suppression du « visa Balladur » et pour trouver des solutions aux conditions de vie des migrants. Dans ces deux cas, le « visa Balladur » est ici au cœur de l’article, raison supplémentaire pour l’évoquer dans le titre.

Grâce aux variables incorporées dans le logiciel on peut se rendre compte que c’est plutôt la presse métropolitaine et la presse mahoraise qui n’utilisent pas l’expression « visa Balladur » dans leur titre pour attirer les lecteurs, mais qui s’en servent par la suite dans leur texte. On peut faire l’hypothèse pour la presse métropolitaine que c’est parce que les lecteurs ne connaissent pas l’existence de ce visa qu’il n’est pas cité en titre. Pour la presse mahoraise, l’explication est peut-être que les journalistes préfèrent ne pas trop mettre en avant le visa comme les mahorais sont pour son maintien. Enfin, la presse comorienne n’utilise pas tout le temps l’expression non plus, mais c’est elle qui l’utilise le plus (41%). Ici on peut faire l’hypothèse inverse : la plupart des comoriens militent pour la suppression de ce visa et l’identifier facilite le travail de conscientisation des lecteurs.

Journée Inégalités et politiques publiques ANR, 24 septembre 2013

Voici le powerpoint qui a été présenté lors des journées Journée Inégalités et politiques publiques  ANR, 24 septembre 2013. Cette journée avait comme objectif de synthétiser les différentes études et recherches financées par l’ANR sur le thème des inégalités.

Quatre chercheurs de l’ANR INEMA, Foued Laroussi/Elise Lemercier/Fabien Liénard/Elise Palomares, ont donc présenté les avancées scientifique de l’ensemble de l’équipe.

Vous trouverez le document intitulé « La départementalisation de Mayotte : construction et traitement des inégalités sociales et linguistiques à Mayotte » en pièce jointe : INEMA ANR (VF) [Mode de compatibilité]