« La vision de l’ile de Mayotte par les médias métropolitains, mahorais et comoriens » Chloé Alexandre

Pour cette revue de presse traitée à l’aide du logiciel Alceste, 130 articles ont été sélectionnés de journaux métropolitains, mahorais et enfin comoriens, l’échantillon s’étalant de 1994 à 2013. La recherche a été effectuée à l’aide des deux mots clefs « visa Balladur » et « Mayotte ». Suite à cela, le corpus est constitué de 28 articles de presse métropolitaine (22%), de 56 articles de presse mahoraise (43%) et 46 de presse comorienne (35%).

L’idée était de pouvoir comparer les différentes façons des médias français métropolitains, mahorais et comoriens d’aborder un sujet traitant l’ile de Mayotte. Pour cela nous avons utilisé une fonctionnalité du logiciel appelé « tri croisé » qui permet de la forcer à classer le vocabulaire selon son appartenance aux trois différents types de presse.

L’analyse de la presse métropolitaine nous permet d’aborder la vision qu’ont les médias métropolitains du lointain archipel des Comores. Ainsi les mots « métropole », « métropolitain », « paris » ressortent, par opposition à la qualité de DOM de Mayotte qui n’est même pas évoquée. La spécificité musulmane de l’ile est également mise en avant. On retrouve aussi la question des « soins » ou de la famille (« femme », « enfant », « voisin », mère »). Enfin, le plus gros du vocabulaire retenu dans les présences significatives est assez négatif et concerne la problématique de la sécurité avec « déstabilisation », « risque », « mercenaires » et « militaire » ainsi que la problématique des migrants « clandestins » rattachée à des mots comme « entasser », « expulser », « rester » et enfin « revenir ».

La dimension régionale est bien mise en avant par la presse mahoraise. Cette fois-ci, la métropole n’est pas citée, mais « l’outre-mer » ressort, ainsi que la condition de « mahorais ». Les hommes politiques représentants de l’ile sont également cités, comme « Daniel Zaidani », actuel président du Conseil Régional et « Thani Mohamed Soili », actuel sénateur de Mayotte. Le reste du vocabulaire retenu dans les présences significatives est assez divers et concerne plusieurs aspects de la vie quotidienne comme « l’emploi », le fait de se « marier », les questions « fiscales ». Une partie concerne également l’immigration comme précédemment, mais avec l’évocation cette fois ci des « centre de rétention » et « consulat ».

La presse comorienne met elle aussi un petit peu en avant son territoire avec « Comores » et son président « Ikililou Dhoinine ». Son thème principal reste le « différend » territorial avec la « France » qui s’incarne aujourd’hui dans le « visa Balladur ». Cette expression ressort précisément dans ce groupe avec à ses côtés les mots « suppression » et « bonne solution ». Le mot « question » est le premier des présences significatives relevées, aux côtés de « diplomatie » et de tout le champ lexical qui s’y raccroche « dialogue », « rencontre », « négociation », « discussion », « promesse ». On retrouve également la référence aux « nations unies ». Enfin, deux mots, « mort » et « cadavre », rappellent les drames maritimes continuellement dénoncés comme conséquence du visa.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *