« L’intérêt médiatique pour le « visa Balladur » : le reflet des enjeux politiques régionaux ? » par Chloé Alexandre

Pour cette revue de presse traitée à l’aide du logiciel Alceste, 130 articles ont été sélectionnés de journaux métropolitains, mahorais et enfin comoriens, l’échantillon s’étalant de 1994 à 2013. La recherche a été effectuée à l’aide des deux mots clefs « visa Balladur » et « Mayotte ». Suite à cela, le corpus est constitué de 28 articles de presse métropolitaine (22%), de 56 articles de presse mahoraise (43%) et 46 de presse comorienne (35%).

L’idée était de pouvoir confronter les approches médiatiques de ces différentes sources. Pour cela, une partie du travail d’analyse fut consacrée à l’étude des titres des articles sélectionnés. Le terme « visa » n’est cité que dans 36 titres, ce qui représente 28% du corpus. On peut donc faire l’hypothèse que les médias ne s’intéressent en majorité pas spécifiquement au « visa Balladur », mais que de nombreux sujets les amènent à le citer au sein de l’article.

Lorsque l’expression « visa Balladur » n’est pas évoquée dans le titre, on trouve deux types de mondes lexicaux utilisés dans les articles. D’un côté il s’agit d’articles avec un vocabulaire associé à la vie politique locale, les enjeux autour de la départementalisation, l’évocation de l’histoire régionale avec les différents référendums sur le statut ou les questions d’indépendance. Dans ce cadre l’évocation du « visa Balladur » dans le texte pourrait illustrer la frontière existante entre Mayotte française et le reste des Comores. D’un autre côté, il s’agit d’articles avec un vocabulaire associé aux  migrations quotidiennes depuis les Comores vers Mayotte, avec les enjeux sur place quand la traversée est réussie, et l’évocation des accidents qui se produisent fréquemment. Dans ce cadre l’utilisation de l’expression « visa Balladur » dans le texte pourrait être un élément de contextualisation journalistique pour la bonne compréhension de l’actualité par le lecteur.

Lorsque l’expression « visa Balladur » est évoquée dans le titre, on trouve également deux types de mondes lexicaux utilisés dans les articles. D’un côté il s’agit d’articles avec un vocabulaire assez institutionnel, autour des missions et rapports effectués par les sénateurs, dans le but de résoudre la question de la pertinence du « visa Balladur » et de trouver des solutions à l’immigration illégale. D’un autre côté, il s’agit d’articles avec un vocabulaire plutôt associatif et revendicatif pour la suppression du « visa Balladur » et pour trouver des solutions aux conditions de vie des migrants. Dans ces deux cas, le « visa Balladur » est ici au cœur de l’article, raison supplémentaire pour l’évoquer dans le titre.

Grâce aux variables incorporées dans le logiciel on peut se rendre compte que c’est plutôt la presse métropolitaine et la presse mahoraise qui n’utilisent pas l’expression « visa Balladur » dans leur titre pour attirer les lecteurs, mais qui s’en servent par la suite dans leur texte. On peut faire l’hypothèse pour la presse métropolitaine que c’est parce que les lecteurs ne connaissent pas l’existence de ce visa qu’il n’est pas cité en titre. Pour la presse mahoraise, l’explication est peut-être que les journalistes préfèrent ne pas trop mettre en avant le visa comme les mahorais sont pour son maintien. Enfin, la presse comorienne n’utilise pas tout le temps l’expression non plus, mais c’est elle qui l’utilise le plus (41%). Ici on peut faire l’hypothèse inverse : la plupart des comoriens militent pour la suppression de ce visa et l’identifier facilite le travail de conscientisation des lecteurs.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *