« Les langues d’Outre-mer dans les sociétés, les sciences du langage et l’éducation » Michel Launey

Voici le résumé de l’intervention de M. Launey lors du séminaire INEMa du 7/8 mars 2013:

« L’exposé a commencé par une brève présentation des langues d’Outre-mer : statistiques géographiques et démographiques (avec la difficulté d’estimer le nombre de locuteurs), mais aussi parenté génétique et typologique. On a insisté sur les conséquences pédagogiques que peut entraîner l’existence de deux types de langues : celles qui présentent avec le français une altérité majeure (qu’on ne trouve en métropole qu’avec le basque) ; et les créoles à base lexicale française, langues faussement proches (vocabulaire très majoritairement issu du français, mais grammaire très différente, qui fait que la relation d’un créole français au français n’est pas la même que celle d’une langue romane ou d’une variante dialectale). Un autre paramètre essentiel est le taux de transmission intergénérationnelle : parmi les enfants arrivant à l’école on trouve des monolingues en langue locale (cas de figure disparu en métropole), des bilingues avec une maîtrise égale ou inégale des deux langues, et des monolingues francophones.

On s’est penché sur la question d’une présence réfléchie de ces langues à l’école, où la tradition française est plutôt hostile, et l’ignorance des Outre-mer très forte. On a fait un bref rappel historique de la méthode directe ou méthode Carré (1888) : principe d’un enseignement en français sans appui sur la langue première, avec ses contradictions, entraînant des débats et des malaises (en particulier en Alsace-Moselle entre 1918 et 1940). On a montré que les facteurs qui ont assuré le succès de la « francophonisation » de 1880 à 1950 (altérité culturelle modérée, maîtres majoritairement locaux, meilleur statut social garanti par la maîtrise du français) jouent beaucoup moins dans les Outre-mer d’aujourd’hui, entraînant un fort échec scolaire avec ses conséquences sociales.

On a montré que les dispositifs prévus pour les langues régionales métropolitaines (loi Deixonne 1951, circulaires Savary 1982-1983) sont ambigus (programmes de langue première pour locuteurs, ou de langue seconde pour néo-locuteurs ?) et en cela mal adaptés aux deux problèmes majeurs de l’Outre-mer actuel, où il s’agit, selon les endroits : (1) soit d’assurer un bilinguisme harmonieux au niveau individuel et social ; (2) soit de permettre aux non-francophones de se construire comme bilingues, sachant que selon la langue il peut s’agir : (a) soit de savoir ajuster deux manières très différentes de construire le sens (langues de grande altérité), (b) soit de savoir séparer deux langues apparemment proches (créoles).

On a examiné plus en détails les dispositifs innovants répondant au problème (2), en particulier à travers l’expérience guyanaise des ILM (intervenants en langue maternelle). On en tire une idée : contrairement à la tradition des enseignements des langues régionales, c’est dans les petites classes avec de très jeunes enfants qu’elle a un intérêt pédagogique. On en tire aussi une suggestion pressante : il serait bon de l’étendre à Mayotte au-delà des trois écoles où elle s’est déroulée depuis 2006, et en lui donnant des chances de réussite (formation des enseignants, programmes et méthodes réfléchis, intégration dans le cursus normal). »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *